une tête coupée a parlé. Bon, bon, bon ! Jacquemin se retourna.Quand je vous le dis ! fitil. Eh bien ! dit le commissaire de police, raison de plus pour que nous nous rendions à l'endroit où le crime a été commis. Gendarmes, emmenez le prisonnier. Jacquemin jeta un cri en se tordant.Non, non, ditil vous me couperez en morceaux si vous voulez, mais je n'irai pas. imitation sac vanessa bruno Venez, mon ami, dit M. Ledru. S'il est vrai que vous ayez commis le crime terrible dont vous vous accusez, ce sera déjà une expiation. D'ailleurs, ajoutatil en lui parlant bas, la résistance est inutile . si vous n'y voulez pas venir de bonne volonté, ils vous y mèneront de force, Eh bien ! alors, dit Jacquemin, je veux bien . mais promettezmoi une chose, monsieur Ledru. Laquelle . faux vanessa bruno sac pas cher Pendant tout le temps que nous serons dans la cave, vous ne me quitterez pas. Non. Vous me laisserez vous tenir la main. Oui. Eh bien ! ditil, allons ! Et, tirant de sa poche un mouchoir à carreaux, il essuya son front trempé de sueur. On s'achemina vers l'impasse des Sergents. Le commissaire de police et le docteur marchaient les premiers, puis Jacquemin et les deux gendarmes. imitation vanessa bruno pas cher Derrière eux venaient M. Ledru et les deux hommes qui avaient apparu à sa porte en même temps que lui.II L'IMPASSE DES SERGENTS. 16Page 20 Les mille et un fantomesPuis roulait, comme un torrent plein de houle et de rumeurs, toute la population à laquelle j'étais mêlé. Au bout d'une minute de marche à peu près, nous arrivâmes à l'impasse des Sergents.C'était une petite ruelle située à gauche de la GrandeRue, et qui allait en descendant jusqu'à une grande porte de bois délabrée, s'ouvrant à la fois par deux grands battants, et une petite porte, découpée dans un des deux grands battants. Cette petite porte ne tenait plus qu'à un gond.s